A- A A+    print.gif (312 bytes) AccueilActualités

Visite d’inspection du Ministre Nader JOISEUS

back_icon.png (641 bytes) Liste des articles iconDatePicker.gif (408 bytes) 03/06/2020

Rénovation de la ville de Port-au-Prince. Visite d’inspection du Ministre Nader JOISEUS « Travaux de réhabilitation, d’élargissement et de réparation des rues »
Exécution : SEEUR/MTPTC

Fidèle à son pragmatique slogan «bien faire et faire vite », le ministre Nader JOISEUS, soucieux de concrétiser, dans la glaise du réel, le projet de rénovation de la ville de Port-au-Prince cher au président Jovenel MOÏSE, a entrepris, le mercredi 3 juin 2020, une deuxième visite d’inspection de plusieurs chantiers d’infrastructure routière à Port-au-Prince, depuis son intronisation à la tête du ministère, il y a trois mois.

Pour cette visite d’inspection, l’intérêt de ministre s’est d’abord manifesté aux travaux de réhabilitation, d’élargissement et de réparation des rues du centre ville à travers ce qu’il appelle un «quadrilatère composé des rues de la Réunion, des Casernes, Saint Honoré, Capois, en bifurquant vers l’avenue de la République jusqu’au voisinage du palais national» (en incluant toutes les rues passant par ce quadrilatère).

Homme de terrain, le ministre Nader JOISEUS s’est adonné à une importante campagne d’explications pour les riverains qui, outre l’accueil chaleureux à lui réservé, n’ont pas manqué de lui faire part de leurs nombreuses doléances. Par respect pour les riverains qui se plaignent de la poussière et du rythme lent des travaux, le ministre a enjoint les responsables du chantier d’arroser les rues plusieurs fois par jour à l’aide des camions citernes remplis d’eau. Rejetant le langage technique pour mieux se faire comprendre par des interlocuteurs visiblement assoiffés d’explications, le ministre a étalé les nombreuses difficultés qui entourent la réalisation des travaux d’infrastructure en Haïti. S’il a pointé du doigt la contamination de l’asphalte causée par des véhicules qui utilisent la chaussée, à tort et à travers, au moment des travaux, il a aussi dénoncé la lenteur due à la lourdeur des questions procédurales dans l’administration publique haïtienne. A titre d’exemple, la préparation des contrats d’asphaltage jusqu’au dossier d’achat nécessite trois longs mois.

Malgré tout, le ministre JOISEUS a promis, pour la fin du mois de juin 2020, le début de l’asphaltage du quadrilatère dont les rues nécessitent une nouvelle couche de roulement. Faisant preuve de pragmatisme, ministre a cru opportun de remplacer le traditionnel replâtrage des rues qui dure environ 8 mois par des travaux définitifs d’une durée comprise entre 25 et 30 ans. Il a indiqué avoir déjà demandé aux responsables de la DINEPA et de l’ED’H de procéder, dès maintenant, aux interventions nécessaires dans leurs réseaux souterrains pour ne pas avoir à faire d’autres interventions sur la nouvelle chaussée une fois les travaux terminés. Il est aussi important de signaler que les rues, d’une largeur antérieure de 6,90m, auront bientôt une largeur de 10,50m, selon les précisions du ministre Nader JOISEUS qui a annoncé la fin prochaine des traditionnels embouteillages dans le centre ville de Port-au-Prince.

Il est aussi important de signaler que les rues, d’une largeur antérieure de 6,90m, auront bientôt une largeur de 10,50m, selon les précisions du ministre Nader JOISEUS qui a annoncé la fin prochaine des traditionnels embouteillages dans le centre ville de Port-au-Prince.

La visite d’inspection du 3 juin 2020 a conduit également le ministre des TPTC dans les zones de Pont Morin, Martin Luther-King, Faustin 1er et Canapé vert généralement inondées à la moindre averse. Les problèmes et leurs solutions sont déjà identifiés, d’après les explications de l’ingénieur Nader JOISEUS : des dalots souterrains à refaire. Pour y parvenir, il faudrait investir entre 50 et 60 millions de gourdes introuvables dans l’immédiat. Mais, le ministre des TPTC a promis d’intervenir auprès du ministre de l’Economie et des Finances qui devrait rendre ce montant disponible dans le prochain budget. Par ailleurs, le ministre a déclaré ne pas disposer de baguette magique pour résoudre tous les problèmes dont il hérite. Toutefois, il a promis de donner une direction souterraine à ces eaux en furie pour le bien-être des riverains et des automobilistes qui ne savent à quel saint se vouer lors des pluies même d’intensité moyenne.

La dernière partie de la visite d’inspection du jour du ministre Nader JOISEUS l’a conduit à l’OFNAC (Office national d’Aviation civile) où l’attendait le directeur général Olivier Philipp JEAN. Le ministre était accompagné des coordonnateurs des unités d’exécution de projets financés par la Banque interaméricaine de Développement et la Banque mondiale : les ingénieurs Gaëtan YOUANCE, Robenson LEGER et Bénito DUMAY. Au menu de la visite : assurer le triomphe du combat que mène le Chef de l’Etat, Jovenel MOÏSE pour la certification de l’aéroport. Les discussions se sont portées sur les points suivants : publication de décret, création de loi cadre, activation de code d’aviation, construction d’une nouvelle tour de contrôle, construction de bureau administratif, nouvel agrandissement de l’aéroport et démarches auprès des instances internationales, notamment la BID, pour les mises en place.

Selon le ministre Nader Joiséus, la matérialisation et l’inauguration de ces projets sont possibles avant la fin du mandat du président Moïse, en février 2022. Il faudrait néanmoins aller plus vite, a clamé une fois de plus le ministre qui a insisté sur la lourdeur du processus : préparation des contrats, appel d’offres, publication dans les journaux et caution. Le ministre a aussi insisté sur l’importance de la préparation des projets pour une durée de 25 ans afin de mieux articuler l’aide et les promesses d’un chef d’Etat élu pour une durée de 5 ans.

Source : MTPTC