A- A A+    print.gif (312 bytes) AccueilActualités

Discours du Ministre des Travaux Publics, Transports et Communications l’Ingénieur Nader JOISEUS

back_icon.png (641 bytes) Liste des articles iconDatePicker.gif (408 bytes) 06/07/2020

Discours du Ministre des TPTC relatif à l'atelier de lancement du projet de renforcement pour l'amélioration de la prestation de services

Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances

Monsieur le Ministre de l’Agriculture,

Des Ressources Naturelles

Et du Développement rural,


Monsieur le Coordonnateur général

De l’Office de Management et des Ressources humaines


Monsieur le Représentant résident

De la Banque interaméricaine de Développement


Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités



Au nom du Ministère des Travaux publics, Transports et Communications et en mon nom propre, je salue la tenue de l’atelier de lancement du projet de renforcement de la gestion publique pour l’amélioration de la prestation de services. Le thème retenu tombe à point nommé. Je félicite la BID pour tout le support offert dans le cadre de ce projet. Je félicite aussi l’OMRH pour son expertise dans l’implémentation de cette activité.

Ce projet de renforcement de l’administration publique, je me laisse croire, est en adéquation avec la vision du Chef de l’Etat, Son Excellence le Président Jovenel Moïse, instrumentalisée par le Premier Ministre Joseph Jouthe dans l’unique objectif de doter le pays d’une administration publique efficace, dynamique et agressive, au bénéfice des demandeurs de services, dans l’intérêt de la population haïtienne.

Il n’est étonnant pour personne qu’en matière de gestion, de modernité et d’efficacité, l’Administration publique en Haïti ne brille pas. Les difficultés y afférentes sont nombreuses (moyen financier, ressources humaines qualifiées et conflits socio-politiques répétés). D’imposantes solutions s’imposent en vue de la sortir de l’ornière du fonctionnement moribond.

Sous mon impulsion, le ministère des Travaux publics, Transports et Communications, s’engage à porter main forte pour le triomphe de toute réforme de l’administration axée sur les résultats palpables. La lourdeur des procédures, les passations de marché, le mouvement de personnel, la gestion inefficace des ressources humaines : voilà autant de tares auxquelles on n’est pas encore arrivé à trouver des solutions efficaces et durables.

Pourtant, si nous partons de 1986, année de la chute du régime de Duvalier à nos jours, ce ne sont pas les réformes qui manquaient au niveau de l’Administration publique. Mais à bien regarder, en matière de bilan, les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances, malgré les efforts déployés par le gouvernement en vue de la modernisation de l’administration publique. La culture des résultats est comme absente. Sur ce point, on a l’impression que nous sommes encore à l’état embryonnaire. Au démarrage de chaque projet, on constate des contraintes qui placent une insuffisance généralisée des capacités à tous les niveaux de l’administration publique. Ce, au cœur du déficit de la capacité d’absorption de notre économie.

Si nous sommes encore à ce stade, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Il arrive souvent qu’on nous propose des réformes qui ne tiennent pas compte de notre réalité. Les réformes après 1986 qui favorisent le secteur privé au détriment de l’Etat en sont les témoignages vivants. Fort de ce constat, je souhaite que ces réformes engagées dans notre administration et appuyées par la communauté internationale prennent en compte l’ensemble des revendications réelles de notre société.

Il est douloureux de constater que suite aux réformes, le secteur privé est immensément riche en comparaison avec l’Etat qui devient obsolète avec un personnel administratif fatigué qui passe tout son temps sans trouver un projet pour mettre les expériences acquises en application. Plus de 30 ans de réforme, pourtant une passivité quasi absolue règne encore.

Voila pourquoi, en dépit des maigres salaires, on est obligé de demander à tous ceux ayant plus de 30 ans dans cette administration de faire valoir leurs droits à la retraite, pour faire place aux jeunes plus dynamiques qui peuvent aider dans la construction d’un Etat fort, avec une administration publique solide apte à traiter avec les agents de financement internationaux et réaliser des banques de données qui traduisent la volonté de la population en accord avec ses mandants. D’où l’importance d’une modernisation qui prend en compte la réalité, qui pratique l’équilibre entre l’Etat et le Privé.

L’engagement du gouvernement est sans détours, mais en faveur des actions visant des réformes stratégiques relatives à l’amélioration de l’efficacité des dépenses publiques et à celle de la gestion des ressources humaines de l’Etat.

Encore une fois, je souhaite que ces considérations soient prises en compte pour la réussite d’une réforme haïtienne.

Je vous remercie de votre attention.

Source : MTPTC